En bref

  • Les banques travaillent fort pour prévenir la criminalité, qui se chiffre en milliards de dollars chaque année, et pour protéger les clients contre, entre autres, la fraude par cartes de crédit et de débit, le vol d’identité et les fraudes liées aux prêts hypothécaires et aux prêts personnels.
  • Les banques travaillent de concert avec les organismes de réglementation et les forces de l’ordre partout au pays pour les aider à mener leurs enquêtes sur les cas de fraude financière et à traduire devant les tribunaux les individus soupçonnés d’actes criminels.
  • La fraude est très souvent le fait de réseaux de crime organisé très complexes. Le produit du crime organisé et d’autres types de fraude financière finance un éventail d’activités criminelles, notamment le trafic de la drogue et des armes, la prostitution et le blanchiment d’argent.
  • Le secteur bancaire a un important rôle à jouer dans la protection des clients contre la fraude, ainsi que dans la sensibilisation des consommateurs aux escroqueries qui ont cours et aux mesures à prendre pour se protéger.

Les faits

Les banques prennent la fraude très au sérieux. Elles ont prévu des systèmes de sécurité très complexes et des équipes de spécialistes pour protéger leurs clients contre toutes sortes de fraudes financières.

La fraude par cartes de paiement préoccupe tous les Canadiens

  • Les Canadiens apprécient le choix ainsi que la fiabilité et la sécurité globales de leur système bancaire et de leur système de paiements. Ils présument, à juste titre, que leurs transactions seront traitées avec efficacité et précision, et en toute sécurité. Cette confiance est une composante clé de l’économie canadienne, saine et performante.
  • Les consommateurs au Canada figurent parmi les plus importants utilisateurs de la carte de débit au monde; 12 millions de transactions de débit sont traitées en moyenne au Canada chaque jour.
  • Quant aux cartes de crédit, on trouve au pays 74,3 millions de cartes Visa et MasterCard. En 2017, le total des achats par cartes de crédit s’élevait à plus de 469 milliards de dollars.
  • Conformément à la politique suivie par les banques, le client n’assume aucune responsabilité financière s’il se retrouve victime de fraude par carte de paiements.
  • En 2017, par exemple, les banques ont remboursé plus de 700 millions de dollars à leurs clients pour des pertes subies en raison de fraudes par cartes de crédit ou de débit.

Comment les banques protègent leurs clients

Acteur majeur du système financier, le secteur bancaire reconnaît le rôle qu’il doit jouer afin de veiller à ce que le système bancaire et le système de paiements au Canada demeurent efficaces et sécuritaires, et que les clients continuent d’effectuer leurs paiements et leurs opérations bancaires en toute confiance. Et ce rôle comprend la protection des clients contre les transactions frauduleuses.

Les banques perfectionnent constamment leurs systèmes et leurs procédures de sécurité pour garder une longueur d’avance sur les criminels. Par ailleurs, elles collaborent avec d’autres intervenants, dont les organismes d’application de la loi, les gouvernements et d’autres partenaires du système de paiements, pour sensibiliser les clients, le public et les commerçants aux mesures à prendre afin de prévenir la fraude.

Les criminels recherchent des renseignements personnels sur Internet

  • Grâce à Internet, il est devenu très facile de faire des affaires et de gérer ses finances avec plus de rapidité, d’efficacité et de commodité.
  • Internet permet également aux individus de communiquer avec des amis et des parents grâce aux sites de réseaux sociaux, tels que Facebook ou Twitter. En outre, avec la popularité croissante des téléphones intelligents et des tablettes électroniques, les Canadiens peuvent faire tout cela de presque n’importe où.
  • Malheureusement, les criminels, eux aussi, se servent d’Internet, mais pour essayer d’accéder à des renseignements personnels, tels que des mots de passe, des détails sur les comptes bancaires et les cartes de crédit, ainsi que des numéros d’assurance sociale.

Le vol d’identité est un problème de longue date

  • Le vol d’identité, qui implique le vol de renseignements personnels ou financiers pour commettre une fraude financière, est un problème qui est dans la ligne de mire du secteur bancaire depuis longtemps.
  • En 2009, le Parlement a adopté un texte de loi contre le vol d'identité. Depuis, les forces de l'ordre peuvent poursuivre les criminels pour possession de renseignements personnels appartenant à autrui avant qu'ils aient le temps de les utiliser à des fins de fraude ou de vol.
  • L’ABC a longtemps plaidé en faveur d’une telle loi et a accueilli favorablement son adoption.

L’exploitation financière peut prendre diverses formes

Il arrive que des aînés demandent à des membres de leur famille ou à d’autres personnes de confiance de les aider à gérer leurs finances. Malheureusement, il arrive que ces personnes de confiance tentent de s’approprier l’argent ou les biens de l’aîné. À cette fin, ils font souvent un usage abusif des procurations ou des comptes bancaires conjoints.

L’exploitation financière est contraire à l’éthique et, dans la plupart des cas, elle est illégale. L’ABC offre, sur son site, davantage de renseignements aux consommateurs sur les moyens de se protéger contre l’exploitation financière, notamment de l’information sur les procurations et sur les comptes conjoints.

Pour plus d’information

L’ABC présente de l’information sur divers types de fraude et offre des conseils aux consommateurs sur la façon de se protéger, sur www.cba.ca/fraude.

Pour recevoir par courriel les conseils en matière de prévention de la fraude de l’ABC, inscrivez-vous sur le lien suivant : www.cba.ca/conseilsantifraude

Dans le cadre du programme Votre Argent de l’ABC, des banquiers bénévoles animent des séminaires pour étudiants et pour aînés sur la gestion de l’argent et discutent des mesures à prendre pour protéger son argent et éviter les escroqueries. Les détails sur www.cba.ca/?cat=Litteratie-financiere.