Durant la crise financière de 2008‑2009 qui a ravagé le système financier mondial, les banques canadiennes, résilientes, ont réussi à éviter les turbulences. Parmi ceux qui voyaient le système bancaire canadien comme lourd et réticent au risque, nombreux ont finalement applaudi aux pratiques prudentes d’octroi de prêts, à la surveillance diligente effectuée par le gouvernement, ainsi qu’à la réglementation avisée, fondée sur les principes de sécurité et de vigueur. En fait, les banques du Canada sont considérées parmi les plus stables au monde par le Forum économique mondial.

Depuis toujours, le système bancaire canadien favorise la présence d’un nombre limité de grandes banques nationales ayant des succursales et des clients à l’échelle du pays. Il s’agit d’un réseau centralisé, résolument centré sur la réglementation macroprudentielle et la stabilité du système. Le modèle canadien est largement reconnu comme la référence même pour d’autres économies avancées.

Vous serez certainement surpris de savoir que la vision qui sous-tend le système bancaire canadien a sa source aux États‑Unis. Le modèle canadien est inspiré, en gros, d’un modèle bancaire imaginé par Alexander Hamilton, premier secrétaire du trésor américain. Adam Shortt, un historien de l’économie qui a signé une série d’articles parus dans le Journal of the Canadian Bankers’ Association au début du 20e siècle, est même allé jusqu’à appeler Hamilton « le père du système bancaire canadien ».

Aujourd’hui, notre système bancaire demeure fidèle à l’idéal de Hamilton. Ses principes ont fait leur chemin jusqu’au Canada où ils ont servi de base sur laquelle s’est développé, au fil du temps, notre système bancaire national. En effet, son idée fondamentale était que, dans un environnement politique normal, les liens entre les institutions financières nationales et le gouvernement serviraient de garant de stabilité et inspireraient confiance et respect, tant au pays qu’à l’étranger1.

L’évolution, au fil du temps, du système bancaire canadien est considérable. Notre pays compte désormais plus de grandes banques nationales de détail – qui se livrent une concurrence dynamique pour attirer les clients – que dans la majorité des pays européens, en Australie et aux États‑Unis. Aujourd’hui, plus de 80 banques canadiennes et étrangères exercent des activités au Canada, dont plus de 40 offrent aux consommateurs des produits et des services financiers de détail.

Voici une infographie soulignant certaines des importantes étapes de la fière évolution des activités bancaires au Canada.

De plus amples détails sur l’histoire de l’Association des banquiers canadiens se trouvent à la page Historique de l'ABC.

Pour des renseignements sur comment les banques au Canada répondent aux besoins modernes de leurs clients, consultez notre enquête Les Canadiens et leurs activités bancaires.


1 Adam Shortt, “History of Canadian Currency and Banking, 1600-1880”, p. 14.

timeline depicting banking innovations in Canada from 1791 to 2018

L’avenir du travail dans les banques : profondément humain

Cinq principes directeurs stimuleront la création de la main‑d’œuvre de l’avenir dans le secteur, veillant à ce que les banques aient le bon équilibre entre capital humain et capital numérique pour naviguer à travers les méandres de l’économie moderne.

Tout

Neil Parmenter, président et chef de la direction de l’ABC, discute sur BNN Bloomberg des moyens employés par les banques pour bien traverser la pandémie de COVD-19 (en anglais)

Les Canadiens et leurs activités bancaires

Une carte-cadeau comme paiement d’une dette ou d’une facture? Ne vous laissez pas prendre…