Les petites entreprises contribuent grandement à l’économie canadienne. Leur lancement ou leur expansion demande beaucoup de travail et d’argent. Il existe diverses manières de financer votre petite entreprise : emprunts, émission d’actions ou programmes d’État. Chaque petite entreprise est unique et comporte ses besoins de financement spécifiques.

Sources de financement

Financement par emprunt

Vous empruntez pour exploiter votre entreprise. Le remboursement se fait habituellement par versements, intérêts compris. Le prêteur évalue les chances de réussite de votre entreprise en examinant une série de facteurs, comme la solidité de votre plan d’affaires, vos capacités de gestion et vos modes de financement. L’emprunt peut prendre l’une des formes suivantes :

  • Marge de crédit : La marge ou ligne de crédit, que l’on appelle également prêt à l’exploitation, procure à l’entreprise l’argent nécessaire pour couvrir ses dépenses courantes. L’utilisation des fonds fait baisser la marge de crédit octroyée. Les rentrées de fonds de l’entreprise permettent de renflouer la marge de crédit. À l’instar du prêt à demande, la marge de crédit est habituellement garantie par les biens de l’entreprise, ses débiteurs, ses stocks ou d’autres moyens. Le prêt comporte une limite et l’intérêt, habituellement calculé quotidiennement, n’est payé que sur la partie des fonds utilisés.
  • Cartes de crédit : Il s’agit en fait d’un genre de prêt d’exploitation à court terme qui vous permet d’effectuer des achats relativement petits et de les payer plus tard. Dans la mesure où vous en payez le solde chaque mois, vous ne payez pas d’intérêt sur ce type de prêt. (Certaines institutions exigent des frais annuels d’utilisation.) De nombreuses institutions financières offrent aux petites entreprises des cartes de crédit conçues à leur intention. Ces cartes permettent de faire le suivi des dépenses courantes et évitent d’avoir à consacrer du temps à la tenue de livres. Plusieurs banques et autres institutions financières ont mis sur le marché un certain nombre de produits associant la carte à une marge de crédit.
  • Prêt à terme : Ce type de prêt offre du financement à moyen et à long terme pour payer une partie ou la totalité des coûts des biens d’équipement, des frais d’expansion ou de rénovation immobilière. Les prêts à terme sont habituellement garantis par les biens financés, et leurs échéanciers de remboursement, taux d’intérêt et durée varient selon le but du prêt.
  • Crédit­-bail : À la différence d’un prêt, le crédit­-bail s’apparente à une location à long terme. À la fin du bail, vous n’êtes pas propriétaire du bien financé mais avez le choix de l’acheter à sa valeur résiduelle. Le crédit­-bail exige peu ou pas de mise de fonds et représente une solution de rechange pour l’acquisition d’une automobile, de machinerie ou de matériel de bureau. En optant pour le crédit­-bail plutôt que pour l’achat, votre entreprise peut habituellement amortir les frais mensuels de location.
  • Crédit des fournisseurs : De nombreux manufacturiers d’automobiles, de machinerie ou d’ordinateurs offrent des programmes de crédit qui s’apparentent au financement par emprunt. Ils vous livrent les biens et vous les payez, avec intérêt, sur une période déterminée. En outre, certains fournisseurs offrent diverses modalités de paiement en concédant par exemple jusqu’à concurrence de trois mois pour payer la marchandise ou en accordant des escomptes de paiement.

Financement par capitaux propres

Le financement par capitaux propres provient de vos économies et d’investisseurs. Les investisseurs de l’extérieur reçoivent généralement une partie du capital­-actions de votre entreprise en contrepartie de leur investissement.

Pour trouver le financement par capitaux propres nécessaire au démarrage de votre entreprise, vous devrez vraisemblablement compter sur vous­-même et sur les gens que vous connaissez. Il n’est pas facile d’intéresser des investisseurs à une nouvelle entreprise. Même si vous croyez fermement à sa réussite, les autres ne partagent pas nécessairement votre confiance. À défaut d’afficher des revenus réguliers tirés d’une entreprise, vous ne pouvez, pour les persuader d’investir dans votre idée, que compter sur votre enthousiasme, vos qualités personnelles et vos talents – et, bien sûr, votre plan d’affaires.

  • Épargne personnelle : de nombreux entrepreneurs investissent leur épargne personnelle afin de démarrer leur entreprise. C’est tout naturel puisqu’il s’agit de fonds facilement accessibles. Lorsque vous investissez votre argent personnel dans l’entreprise, les autres acceptent plus facilement d’en faire autant.
  • Capital­-risque convivial : bon nombre d’entrepreneurs comptent sur leur famille ou leurs amis pour se procurer au moins une partie du financement dont ils ont besoin, sous forme d’emprunt ou d’actions.
  • Gouvernement : la plupart des gouvernements au Canada offrent des programmes visant à promouvoir l’emploi, la formation ou le transfert de technologie. Vous pouvez faire appel à un programme gouvernemental pour payer une partie ou la totalité des coûts de développement d’une nouvelle technologie, par exemple, ou la formation de nouveaux employés.
  • Investisseur providentiel : il s’agit souvent de spécialistes chevronnés qui souhaitent investir leur argent dans des entreprises prometteuses en espérant en retirer un rendement supérieur à ceux offerts par les véhicules de placement plus traditionnels. De façon générale, ces investisseurs veulent prendre une part active dans la gestion ou la planification stratégique de l’entreprise. Ils vous sont souvent recommandés par vos conseillers, tels que votre avocat ou notaire, votre comptable et votre banquier.

Financement par capitaux propres d’une entreprise existante

Une fois que votre entreprise aura décollé, vous voudrez peut­-être lever d’autres fonds à des fins d’expansion ou autres. Dans ce cas, vous pourrez compter sur le financement par capitaux propres provenant de sources additionnelles, notamment les suivantes :

  • Bénéfices non répartis : lorsque votre entreprise commence à générer des bénéfices, vous pouvez utiliser cet argent pour financer sa croissance. La plupart des entreprises en croissance combinent les bénéfices non répartis avec d’autres formes de financement par emprunt et par capitaux propres au fil de leur expansion.
  • Capital de risque : Le capital de risque vise habituellement les secteurs de pointe à forte croissance. Les sociétés de capital de risque offrent du financement en contrepartie d’une participation dans l’entreprise. Elles préfèrent habituellement investir dans des entreprises déjà en exploitation et elles espèrent un rendement alléchant, souvent obtenu après un appel public à l’épargne.
  • Appel public à l’épargne : Cette avenue s’ouvre principalement aux entreprises en croissance rapide. Il s’agit pour les propriétaires d’une entreprise de mettre en vente des participations dans leur entreprise (p. ex., actions, bons de souscription d’actions, options) à la bourse ou par l’intermédiaire de courtiers en valeurs mobilières. L’appel public à l’épargne est assujetti à un processus rigoureux de réglementation et de promotion.

Programme de financement des petites entreprises du Canada (PFPEC)

Le programme de financement des petites entreprises vise à rendre plus accessible l’octroi de prêts servant à l’établissement, à l’expansion, à la modernisation et à l’amélioration des petites entreprises au Canada. Il suffit de demander un prêt à une institution financière; si le prêt est octroyé, le gouvernement fédéral remboursera 85 % des pertes du prêteur en cas de défaut.

Conseils en matière de financement

  • Élaborez une stratégie de financement à long terme.
  • Assurez­-vous que vos antécédents de crédit sont conformes à la réalité. Avant de vous accorder un crédit, l’institution financière consultera votre cote de solvabilité auprès d’une agence d’évaluation du crédit.
  • Trouvez du financement à la mesure de votre entreprise.
  • Sollicitez des conseils auprès de tout votre réseau de connaissances : amis, famille et autres entrepreneurs.
  • Apprenez à rejeter une occasion d’affaires qui ne vous dit rien de bon.
  • Étudiez les divers modes de financement. Les paiements anticipés, par exemple, peuvent vous procurer un coussin qui vous permet de compléter une période de production.
  • Considérez vos prêteurs comme des fournisseurs. Ils désirent votre compte autant que vous voulez leur produit qui, dans ce cas, est l’argent.
  • Réévaluez périodiquement la structure du capital de votre entreprise pour vous assurer qu’elle est toujours adéquate. Selon la conjoncture, la proportion du financement bancaire, des capitaux propres et des placements privés, par exemple, peut fluctuer.